Est-ce légal de faire une rencontre adultère ?

Est-ce légal de faire une rencontre adultère ?

 

Depuis plusieurs années déjà, la sexualité des personnes évolue. Les tabous tombent, les sites de rencontre fleurissent sur le net, les couples s'essayent à des pratiques plus libérées voire carrément libertines. Et il n'est malheureusement pas rare de voir des personnes mariées donner des coups de canif au contrat. Mais est-ce légal de faire une rencontre adultère ?

L'apparition de nouveaux sites de rencontres spécialisés dans les rencontres adultères peuvent faire penser qu'en matière de sexe tout est permis tant que cela se passe entre adultes consentants et que l'on peut vivre sa sexualité comme bon nous semble. Cependant, la banalisation du phénomène ne veut pas forcément dire que tout est permis en matière de sexe. Et si pour les couples qui n'ont pas officialisé leur union par un mariage civil il n’y a aucune contrainte, les couples mariés sont quant à eux tenus à certaines obligations.

 

Ce que dit la loi:

Si l'on considère la définition du petit Larousse, l'adultère est "le fait pour un époux de violer son serment de fidélité, de partage, et d'avoir des relations sexuelles avec une personne autre que son conjoint envers qui il a affirmé son serment".

De ce fait, la notion d'adultère n'est présente que dans le mariage, mais pas dans les autres formes d'union. Et si la loi instaure toujours le principe de fidélité dans le mariage, l'adultère n'est plus aujourd'hui une cause suffisante pour demander le divorce.

 

Infidélité virtuelle:

Certains tendront à penser que s'inscrire sur un site de rencontre quand on est marié n'est pas illégal. Si l'inscription en elle-même n'est effectivement pas illégale, respecter son devoir de fidélité pour une personne mariée passe également par une obligation morale et affective. En conséquent, même s'il n' y a pas eu "consommation" physique, le simple fait de correspondre dans des termes sexuels avec une personne autre que son conjoint peut être retenu comme une faute motivant le divorce pour non-respect du devoir de fidélité.

 

Faire une rencontre alors qu'on est séparés:

Si légalement les époux se doivent fidélité jusqu'à ce qu'ils soient divorcés (article 212 du code civil), les juges deviennent plus cléments lorsque la séparation est effective et que les époux ne vivent plus sous le même toit et ne partagent plus rien. Cependant, avoir une relation adultère pendant son mariage peut être considérée comme une faute.

 

De la discrétion absolue:

Si l'adultère n'est plus considéré aujourd'hui comme un motif suffisant pour demander le divorce, il ne demeure pas moins une faute. En conséquence, lorsqu'on se lance dans une rencontre adultère, la prudence et la discrétion restent de mise. En effet, si autrefois le constat d'adultère établi par un huissier était la seule preuve recevable, aujourd'hui il en est autrement et les traces laissées par des SMS, e-mail ou autres messages laissés sur un répondeur peuvent être recevable comme preuves de la faute.

Alors, quand on choisit de prendre un amant ou une maîtresse, la prudence est de rigueur et il convient de s'assurer de son absolue discrétion pour ne pas se faire prendre.